Au début de la grossesse, votre bébé a assez de place pour nager librement, cependant cet espace se réduit rapidement et votre bébé va généralement se placer tête en bas de lui-même prêt à sortir le jour J.

Ce retournement a lieu généralement vers le 7ème mois de grossesse, pas d’inquiétude ! Cependant, il existe toujours des exceptions. En effet, si on est là aujourd’hui c’est parce qu’il y a environ 4% des bébés qui se présentent en siège, c’est à-dire les fesses en premier. De vrais petits filous !

Ça a été le cas pour Paul, il n’a jamais voulu se retourner ce coquin… Malgré mes nombreuses tentatives, version par manœuvre externe, acupuncture, berceuses, paroles et même gymnastique ! A la 3ème écho, qui a lieu aux alentours de la 32éme semaines d’aménorrhées soit à la fin du 7ème mois de grossesse, on a vu que Paul avait toujours la tête bien en haut. Info à laquelle je m’attendais car la bosse que je sentais sous mes côtes étaient bien trop dure pour que cela soit des petites fesses (rires).

A partir de là le déroulement des examens a évolué, 3 semaines après la 3ème écho j’ai eu un rdv pour une « version par manœuvre externe » (cf article) pour des raisons que je vous détaille plus dans l’article de la manœuvre, j’ai préféré annuler la 2ème tentative. Mais sachez toutefois que la version peut être tenté 3 fois au maximum. J’avais entretemps pris un rdv d’acupuncture car les effets sont souvent remarquables et les résultats rapides, vous vous en doutez bien, Paul n’a pas bougé d’un iota.

A la suite de l’échec de toutes ses tentatives pour l’aider à se retourner, il fallait maintenant décider de la façon dont il allait sortir. A la fin du 8ème mois j’ai alors passé une échographie supplémentaire pour vérifier si par hasard mon petit Paul avait décidé de mettre sa tête en bas, car certains bébés se retournent d’eux même très tard dans la grossesse, voire même le jour de l’accouchement ! Comme Paul n’avait pas du tout prévu de se retourner, j’ai passé dans la même journée un scanner afin de déterminer avec un docteur si oui ou non l’accouchement par voie basse était possible ou s’il fallait envisager une césarienne.

A l’approche du rdv, une certaine angoisse m’a envahi, j’étais très stressée car la césarienne et les opérations en générales me font peur. Nous avons vu une doctoresse bienveillante qui nous a confirmé qu’un accouchement par voie basse était possible mais qu’en cas de doutes de ma part ou de peur je pouvais tout à fait choisir d’avoir une césarienne. J’ai choisi l’accouchement « voie basse » car c’était tout d’abord mon souhait numéro un et également parce que j’avais entièrement confiance en moi-même ainsi qu’en l’équipe médicale, je pense que c’est un point important à souligner.

 

On m’a expliqué que l’accouchement devait se dérouler au bloc sous péridurale dans le cas d’une césarienne d’urgence (attention ce protocole peut changer d’un hôpital à un autre) avec une équipe médicale assez complète et nombreuse (rires) : Deux anesthésistes, deux sages-femmes, un docteur, plusieurs infirmières, en tout nous n’étions pas moins de 12 personnes présentes dans le bloc à attendre Paul. Tellement de monde que nous en avons perdu le papa en route mais heureusement il a vite été retrouvé, ouffff !

 

Le jour de l’accouchement, j’ai repassé une radio pour vérifier une dernière fois que tout était ok, aucune place au hasard pour ce genre de situation. Honnêtement, je n’ai pas rigolé quand sur la table de la radio, la charmante manipulatrice m’a demandé de ne pas respirer le temps de prendre le cliché tout cela en pleine contraction (rires). Le travail a été rapide et l’accouchement s’est très bien déroulé. La poussée doit être un peu plus longue et intense qu’un accouchement classique, mais comme Paul est mon 1er enfant je n’ai pas vu de différence.

 

Trois semaines après l’accouchement, votre bébé doit passer une radio des hanches du fait de sa position dans le ventre, Paul n’a eu aucun souci de ce côté-là mais je vous recommande chaudement de voir un ostéopathe ou une chiropraticienne pour votre bébé (et même pour vous) car il peut avoir des coincements gênants. Paul a eu un torticolis assez sévère qui lui a valu de nombreuses visites chez le kiné Il faut savoir que notre entourage peut manquer de tact à l’approche de l’accouchement, on m’avait parlé d’un accouchement long et douloureux et que j’allais sûrement regretter. Joyeux n’est-ce pas ? Quoi qu’il arrive garder confiance en vous et en votre bébé, parler lui, les bébés connaissent le chemin !

Ju’